Service des équipes mobiles

Le service des équipes mobiles de l'Enseignement obligatoire

 
L’Administration générale de l’Enseignement comprend en son sein, depuis 2004, une équipe d’intervenants qui ont pour mission d’appuyer les écoles ( tous type, niveaux et réseaux confondus) dans une situation de crise (conflit, harcèlement) ou dans la gestion des suites d’un incident critique perturbant le fonctionnement de l’école (décès, accident grave, acte de violence), et, si elles le souhaitent, de les préparer à y faire face.

Le Service des équipes mobiles est avant tout un dispositif de lutte contre le décrochage scolaire, l’exclusion et la violence à l’école, institué par le décret du 12 mai 2004. Ce dernier est remplacé par le décret du 21 novembre 2013 organisant divers dispositifs scolaires favorisant le bien-être des jeunes à l’école, l’accrochage scolaire, la prévention de la violence à l’école et l’accompagnement des démarches d’orientation scolaire.

Ce service intervient à la demande du chef d’établissement, du pouvoir organisateur (le Gouvernement pour les écoles du réseau de la Fédération Wallonie-Bruxelles) ou du Centre PMS.

Suite aux attentats de Paris du 7 janvier 2015, le Service des Equipes mobiles a été désigné par le Gouvernement pour répondre à toute demande d’appui des écoles et CPMS en matière de prévention de la radicalisation menant à la violence.

Cette mission est précisée par une circulaire de la Ministre de l’Enseignement obligatoire du 26 janvier 2017. Les demandes liées à la thématique du radicalisme sont centralisées au sein du Service et seulement un nombre restreint d’agents formés à cette thématique prennent en charge ce type de dossiers.

La méthodologie d’intervention s’inspire du travail réalisé dans le cadre des situations de crise et commence toujours par une analyse de la demande, des besoins et des ressources via la mise en place au sein de l’établissement scolaire d'une cellule non-permanente d'évaluation et de prise en charge composée, selon le cas, du chef d'établissement, des membres de l'équipe éducative (y compris le CPMS) et des deux agents du Service des équipes mobiles.

Cette cellule a pour but d’objectiver les inquiétudes concernant un élève en évitant toute forme de stigmatisation. L’analyse se fait sur une base qualitative en considérant quels sont les comportements les plus significatifs au regard de la situation.

En fonction de cette première analyse, les mesures suivantes sont prises :

  • Dans le cas où l’inquiétude n’est pas levée et/ou que l’élève se met en danger ou met en danger autrui, un agent de la police locale est invité par la Cellule afin d’apporter un avis complémentaire. Sur base de cet avis, un signalement peut être adressé aux autorités compétentes.
  • Organisation d’un suivi social et/ou éducatif de l'élève en lien avec des partenaires internes (CPMS, médiateurs...) et externes (CAPREV, Aide à la jeunesse, référents radicalisme communaux, AMO,…). Ce suivi social et/ou éducatif poursuit les objectifs suivants : soutenir l'équipe éducative en vue d'encadrer l'élève et de maintenir le dialogue avec lui ; (re)créer du lien entre la famille et l'établissement scolaire pour leur permettre d'établir une relation de confiance ; développer des partenariats avec des acteurs du monde associatif pour soutenir l'élève et sa famille en dehors de l'établissement scolaire.

Le Service des Equipes mobiles de l’Enseignement est un partenaire privilégié du Réseau de prise en charge des extrémismes et des radicalismes violents, à qui il fait appel dans le cadre de sa mission, en fonction des situations sur lesquelles il est amené à intervenir.

Contact

Adresse e-mail : equipemobile(at)cfwb.be  
N° de téléphone en cas d'urgence : 0473 94 84 11
En savoir plus